//Stratégie marketing : Même les plus grands se plantent… Zoom sur les 5 plus gros flops marketing de l’histoire!

Stratégie marketing : Même les plus grands se plantent… Zoom sur les 5 plus gros flops marketing de l’histoire!

Le dilemme de tous les génies en stratégie marketing est évidement d’accroitre les taux de ventes en innovant, en apportant un produit qui révolutionnera et ainsi faire exploser le chiffre d’affaire. Devenir une marque de référence, se faire une place à part entière dans le monde de la consommation en se démarquant de ses concurrents, nombreux sont ceux qui s’y sont lancés mais ont échoué malgré des idées des plus ingénieuses. Mais si Coca-Cola, Apple ou Renault, des géants que l’on pense intouchable, indétrônable de par leur popularité et leur omniprésence internationale actuelle, ils n’en restent pas mis à l’écart. Célèbres, puissantes, attractives, elles peuvent donner l’impression de contrôler les envies des clients. Pourtant, rare sont les compagnies qui ont réussi un parcours sans fautes. Ainsi ces premières ont, eux aussi, dû faire face à des coups marketing majestueusement désastreux, s’accompagnant de pertes à plusieurs millions de dollars.

Societe-Marketing.com vous a concocté le top 5 des plus gros flops marketing, passant de l’alimentation, au monde automobile, les géants de l’industrie de consommation sont-ils vraiment « intouchable » ?

  1. Apple : l’incontestable géant de l’informatique chute en 1983apple-lisa-mouse-a9m0050

La popularité d’Apple est incontestable à l’échelle internationale. Son attractivité ne laisse aucun doute sur la puissance de la firme américaine, qui possède le monopole mettant en difficultés son concurrent premier, Samsung. Mais, si Steve Jobs a su développer stratégiquement son entreprise, il a tout de même dû faire face à une idée marketing qui n’a guère plu aux consommateurs. Lisa. Le nom de sa fille, mais également le plus gros flop d’Apple jusqu’à aujourd’hui, un ordinateur personnel disposant d’une souris et d’une interface graphique. Bien qu’il fut une innovation sur le plan technique, son coût excessif de 9.995 dollars (soit 70.000 francs à l’époque équivalent à 30.000 euros aujourd’hui), ainsi que le multitâches ont été la cause de son impopularité. Évidemment, aujourd’hui le multitâche est déterminant en informatique mais à cette période, ce dernier était source de ralentissement du système d’exploitation. Une seconde version de l’ordinateur Lisa fut lancée en 1984, mais comme son ainée, elle fut, elle aussi, un échec commercial. Une perte s’élevant à une dizaine de millions de dollars, et plus de 3.000 modèles ont été détruits pour avoir été invendus.

  1. Coca-Cola et son New Coke en 1985

Rares sont les marques qui peuvent prétendre arriver à la cheville de Coca-Cola en terme de notoriété. Ce nom, connu sur tous les continents, ses bouteilles vendues dans tous les pays, Coca-Cola a pourtant failli s’écrouler en 1985 avec une des plus grosses erreurs marketing de tous les temps. Et pour cause, cette erreur est la plus souvent citée comme exemple ultime du flop commercial ayant entrainé des pertes vertigineuses. Face à son plus redoutable concurrent, Pepsi, qui à cette époque commence à se créer une place dans les cœurs des consommateurs. Coca-Cola décide de jouer le tout pour le tout en arrêtant les productions de sa boisson phare par la commercialisation d’une nouvelle recette. Place à la naissance du New Coke. Son slogan était pourtant le but recherché : « Le meilleur le devient plus encore ». Mais la disparition de la version originale de Coca-Cola provoque des émeutes, tant au sein de la population qu’au sein des médias. Des centaines de milliers de consommateurs mécontents harcèlent la compagnie, des appels au boycott vont en se multipliant, certain sont même allé jusqu’à dévaliser les magasins pour stocker la boisson originale. Seulement quelques semaines se sont écoulées avant que la multinationale décide de retirer du marché leur nouvelle recette pour revenir sur le Coca-cola classique. Après une perte d’argent astronomique s’élevant à plus de 300 millions de dollars, l’entreprise décide de ne plus jamais remplacer sa boisson classique, une idée marketing qui a failli lui coûter sa faillite.

  1. La multinationale R.J Reynolds et sa cigarette sans fumée

Connu pour ses marques de cigarette Camel et Winston principalement, R.J Reynolds décide de se démarquer de ses nombreux concurrents. Pour cela, dans un contexte historique ou lacigarette fumée commence à être vu comme un réel danger pour la santé, des fumeurs ainsi que des non-fumeurs, la multinationale se lance dans un projet de production de cigarette sans fumée. Un investissement qui coutera plus de 325 millions de dollars. C’est en 1988, que la première cigarette sans fumée fait son entrée dans les tabacs. Malheureusement, l’idée ne plait pas à grand monde, les fumeurs lui trouvent un mauvais gout, trop mauvais pour pouvoir la fumer ajoutant le fait qu’elle est très difficile à allumer. Du coté des associations et organismes de santé, nombreuses lancent des pétitions contre la production et ces cigarettes. L’absence de fumée risque d’entrainer un sentiment de sécurité auprès des fumeurs et de son entourage, essayant de déguiser le danger du produit en lui donnant une apparence « plus saine » qui ne l’est en aucun cas. Face à ce rejet généralisé, seulement quatre mois se sont écoulés avant que la vente de cette cigarette améliorée ne soit retirée.

 

  1. Pepsi tente sa chance avec son Pepsi Crystal

Le géant des boissons gazeuses Pepsi se lance lui aussi dans une campagne marketing en essayant d’innover son Pepsi Cola. Pensant pouvoir réussir là où son rival Coca-Cola a échoué, il décide d’apprendre des erreurs de son coururent et ne modifiant pas le gout original de la boisson mais plutôt son apparence. A l’heure où les consommateurs sont de plus en plus nombreux à acheter des bouteilles Evian et Perrier, Pepsi décide d’innover son Pepsi classique, une boisson au visuel de ses concurrents tout en gardant le gout du Cola. Le Pepsi Crystal fait son entré en 1992 dans le monde de la consommation. Malgré des premiers essais concluants, les consommateurs se détournent rapidement de cette boisson. Les fans de Cola restent attachés à l’original dont le goût est similaire. Quant aux autres, ils conservent leurs habitudes de consommation. Malgré une tentative de relance, Pepsi abandonne définitivement l’idée d’un Cola transparent au bout de quelques années. Un échec qui lui aura valu une perte d’argent considérable le faisant rentrer dans le top 5 des plus grands flops marketing.

  1. Renault et son Avantime en 2001

Renault, qui jusqu’alors n’avait fait aucun faux pas, une réussite des plus prestigieuse le menant à la tête des producteur de voitures françaises, voit sa popularité chuté en 2001. La sortie de l’Avantime, un concept futuriste de coupé-monospace. Elle avait pour objectif d’être l’un des symboles du renouvellement du style de la marque ainsi que la vitrine de son savoir-faire dans le haut de gamme. Après un investissement s’élevant à des centaines de millions de dollars, Renault se voit contraint de suspendre la production de  l’Avantime, moins d’un an après son lancement. La voiture était-elle trop en avance sur son temps ? Toujours est-il que les ventes n’ont jamais décollées. Alors que Renault espérait initialement placer 10 000 unités par an, seul 2700 modèles se sont vendus la première année. Une miette dans un marché du haut de gamme où les constructeurs français ont décidément bien du mal à concurrencer les marques allemandes. La production cessa en 2003, cet échec entraîna même la fermeture d’une usine à Romorantin, entièrement dédiée à la fabrication du véhicule.

renault

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais comment expliquer ces échecs alors que le marketing domine le lancement d’un produit? Justement, trop de marketing nuit. Ces «innovations» sont plus coûteuses, du fait de leur valeur ajoutée. Il ne s’agit, le plus souvent, que de fausses nouveautés qui ont du mal à trouver un public, d’autant que le bénéfice apporté au consommateur n’est pas toujours évident. Séduire et fidéliser le consommateur ne suffit pas, il faut lui éviter tout changement brutal. Comme prouvé précédemment, personne n’est à l’abri d’un échec commercial, pas même les plus grands. Alors pour éviter de tomber et réussir ou les autres ont échoué, aujourd’hui il existe Societe-Marketing.com. Une équipe des plus performantes au niveau des stratégies marketing, qui avec son aide, les géants de la consommation auraient certainement évité leur échec et économisé ces millions de dollars perdu en vain.

 

 

 

By |2018-01-25T13:26:35+00:0011 février 2016 |Non classé|

Leave A Comment